Anodes sacrificielles vs anodes à courant imposé

Vous voulez opter pour un système permettant de protéger les métaux contre la rouille? Deux systèmes s’offrent à vous. Malgré que le système le plus connu au Québec et au Canada est sans aucune doute l’utilisation d’anodes sacrificielles, le système à courant imposé n’est pas à mettre de côté et bien au contraire!

Malgré la ressemblance des deux système, ils sont bien différents. L’une des grandes différences dans le fonctionnement du système est que l’anode à courant imposé utilise une source de courant externe contrairement à l’anode sacrificielle qui est autosuffisante. Ces différences font en sorte que les systèmes ont chacun leurs avantages. Voici quelques-uns des avantages et de chacun des systèmes :

Anodes sacrificielles

Anodes sacrificielles

  • Ne nécessite aucune source de courant externe
  • Nécessite peu ou pas d’entretien post-installation
  • Facile d’installation

Anodes à courant imposé

  • Peut ajuster le système en fonction de la corrosivité et résistivité du sol.
  • Permet de protéger une grande superficie avec peu d’anodes.
  • Les anodes se dégradent moins rapidement que les anodes sacrificielles ce qui résulte à une système efficace à plus long terme.

Or, il ne faut nier l’existence des inconvénients de chaque système. Pour connaitre ces inconvénients et trouver le système satisfaisant le mieux vos besoin, le reste du document vous offrira des renseignement plus claires et détaillés.

Situation favorisant l’installation d’anodes sacrificielles

La majorité des projets effectuées utilisent les anodes sacrificielles pour protéger les infrastructures. Par contre, les anodes à courant imposés sont avantageuses dans la grande majorité des utilisations quotidiennes. Ayant un système permettant de contrôler le courant exercés, ce système permet d’avoir un contrôle sur le potentiel des métaux. Avoir le contrôle permet de protéger plus adéquatement les structures.

Les anodes sacrificielles ont aussi leurs avantages dans certaines situations. Lorsqu’un bris survient sur une structure métallique, il est conseillé d’installer une anode sacrificielle. Surtout lorsque la structure est réparé avec un métal d’une autre nature. Par exemple, si un conduit d’aqueduc en fonte est brisé et que la section est remplacé par une nouvelle section en fonte ou d’un autre métaux, il est essentiel d’installer une anode pour éviter la création d’une différence de potentiel entre les métaux.

Si aucune anode n’est installée à la suite d’une réparation de la sorte, il ne sera pas surprenant d’avoir un nouveau bris d’aqueduc voisinant la réparation d’ici peu de temps. Pour en apprendre plus sur le sujet, je vous conseil de lire l’article « Les sources de la corrosion« .

Une autre situation favorisant l’installation d’anodes sacrificielles est pour contrer les courants vagabond. Étant donné que ces courants errants sont extrêmement corrosif pour les structures métalliques, il est essentiel d’y remédier le plus tôt possible. Comme ces courant sont principalement concentré dans un secteur précis, il est avantageux d’installer une ou quelques anodes sacrificielles pour protéger la structure vu leur facilité et rapidité d’installation.

Pour protéger catholiquement une petite surface, il est parfois avantageux d’opter pour les anodes sacrificielles. Comme mentionné, ces anodes sont simple et rapide d’installation, mais requiert aussi très peu d’entretien. De plus, il peut être avantageux financièrement d’opter pour l’anode sacrificielle lorsque la superficie à couvrir est moindre en raison de la complexité du système à courant imposé.

Situation favorisant l’installation d’anodes à courant imposé

Malgré que les anodes sacrificielles est le système le plus communément utilisé, les anodes à courant imposé offrent beaucoup plus d’avantages au niveau économique, écologique ainsi qu’au niveau d’efficacité contre la corrosion. En effet, ces systèmes peuvent durée beaucoup plus longtemps que les anodes sacrificielles et quelques anodes suffisent pour protéger la même superficie que des dizaines d’anodes sacrificielle.

Comme mentionné plus haut, lorsque la surface à couvrir est grande, il est avantageux d’opter pour le système d’anode à courant imposé. Comme quelques anodes suffissent pour couvrir une superficie se calculant en kilomètre, ce système permet de faire de grandes économies au niveau de la main-d’oeuvre et du coûts d’achat des matériaux.

Une autre situation pouvant avantager l’installation du système à courant imposé est lorsque l’installation du système est requise sur une structure enfouies existante. Prenons comme exemple un conduit d’aqueduc en fonction. Comme celui-ci est fonctionnel et généralement enfouies sous une route passante, le système à courant imposé offre un grand avantage étant donné qu’il n’est pas nécessaire d’excaver jusqu’à la structure (l’aqueduc) pour l’installation. En plaçant quelques anodes à des endroits stratégiques à l’aide d’hydroexcavation ou d’une machinerie spécialisé dans l’installation de pieux, les anodes peuvent être installées sans impliquer de lourdes dépenses (machinerie lourde, grande quantité de main-d’oeuvre, reconstruction de la route…) et répercussions (circulation réduite, ampleur des travaux et mécontentement des résidents voisinant ceux-ci).

Il est certain que plusieurs autres facteurs doivent être considérés dans la prise de décision et qu’un expert certifier dans le domaine est nécessaire lorsque des démarches sérieuses sont entreprises. Or, vous connaissez maintenant mieux le fonctionnement des systèmes et leurs avantages. Pour ceux désirant ce renseigner plus au sujet de la corrosion, voici quelques articles et sites web qui peuvent vous être utile :

2 commentaires

  1. Paul Monseu de Bodinat sur septembre 3, 2021 à 8:29 pm

    Bonjour,

    Avez-vous des ressources pour estimer la consommation électrique que va représenter une installation à courant imposé par rapport à des anodes sacrificielles ?
    Nous sommes en train de réaliser une installation de techno-pieux enterrée pour les fondations d’une maison (en France, à Saint Verand, 38160) la solution retenue est en effet les anodes à courant imposé, mais j’aimerai estimer la consommation électrique dans le temps.

    SI j’ai bien compris l’avis technique CSTB:
    – densité de courant 10 mA / m² (sol sec)
    – 80 (Ml) mètres linéaires de pieux (20 pieux P4, 4 m de profondeur en moyenne)
    – 0.319 m² / Ml (surface par mètre linéaire, car diamètre extèrieur de 101.6 mm)

    Soit un courant à fournir moyen de 250 mA ( 10 * 80 * 0.319 ).
    Ce calcul est-il correct, est-ce la bonne méthode ?

    Il s’agit bien d’un courant continu, fourni par le redresseur MiniProtec?

    Quelle est la tension (et donc la puissance consommée) pour ces 250 mA ?

    Je lis 3.5 V / 1 A sur la fiche du redresseur MiniProtec, dois-je comprendre 0.875 V pour 250 mA ? (soit une puissance de 0.21 W)
    Ou est-ce une tension fixe de 3.5 V pour 250 mA ? (soit une puissance de 0.875 W)

    Le dernier point, si je ne me trompe pas trop jusqu’ici, sera le rendement du redresseur, mais j’imagine en tout cas que la puissance instantanée ne dépassera pas 1W.

    Pouvez-vous SVP me confirmer ce raisonnement ?
    Désolé pour la longueur de ce commentaire, mais on ne construit pas tous les jours sa maison, et encore moins les fondations, on a envie que ça tienne 🙂

    Cordialement,

    • Léandre Veilleux sur septembre 28, 2021 à 6:14 pm

      Bonjour,

      Votre méthode pour calculer le courant (mA) nécessaire est tout à fait juste. Pour ce qui est de la consommation d’électricité, il est difficile d’évaluer exactement la consommation puisque la demande en courant va varier dans le temps en raison de la polarisation des pieux et des changements de composition du sol le rendant plus ou moins agressif (corrosif). Par contre, la demande en courant va être plus élevée au départ puisque le métal va devoir se polariser (perliers mois) et va diminuer par la suite pour maintenir la polarisation.

      Pour un redresseur de 3,5V, le voltage est continue. Par contre, le nombre d’ampère provient de la demande de courant des pieux (variable). Par exemple, pour une demande de 430mA à 3,5V, nous obtenons 1,5W.

      Nous construisons notre maison de rêve qu’une seule fois, j’espère que ces informations ont pu vous aider dans vos projets. Je vous souhaite la meilleure des chances!

      Au plaisir,

      Léandre Veilleux – NACE

Laissez un commentaire